La chronique citoyenne de Patrice… #4

ON NE LÂCHE RIEN !
 
« On ne lâche rien » , c’est ce que je dis à mes gyms lorsqu’on s’approche du but, que la fatigue musculaire, la fatigue mentale se fait sentir, Qu’il faut rebooster les corps et les esprits. « On ne lâche rien« .
« On ne lâche pas« . C’est ce que je dis à mes gyms lorsque rien ne va plus, qu’on est prêt à craquer, à tout abandonner, et qu’il faut garder la tête hors de l’eau. « On ne lâche pas« 
Aujourd’hui, le contexte est différent. Mais la difficulté est là. Ça fait maintenant 3 semaines complètes que nous sommes confinés. Ça fait 3 semaines que la France s’est arrêtée. Pourtant c’est le moment de dire « On ne lâche rien« . C’est dur… C’est dur de rester enfermé, c’est dur de rester chez soi, c’est dur de ne pas profiter. « On ne lâche pas« .
Moi aussi, j’aimerai retourner à la salle et retrouver mes gyms, reprendre et profiter de notre travail. Alors je leur prépare quelques fiches d’entretien et essaie d’atténuer les effets du confinement. « On ne lâche rien« 
Moi aussi, j’aimerai prendre mon vélo et aller au bord de la mer. Alors je sors mon vélo d’appartement, le pose sur la terrasse et pédale, pédale, pédale sans jamais avancer. « On ne lâche pas« 
Moi aussi, j’aimerais pouvoir faire de grandes randonnées à flanc de montagne. Alors je fais le tour de mon jardin sous le soleil du printemps. »On ne lâche rien« .
Comme beaucoup de monde, comme tout le monde, il y a plein de choses que j’aimerais faire et que je ne peux pas. Alors « on ne lâche pas« .
 
Mais, « on ne lâche rien », « on ne lâche pas »? Sinon à quoi cela aurait servi de rester confiné pendant 3 semaines. Il y a trop de monde qui se bat pour que tout cela s’arrête, trop de monde qui se bat pour que cela dure le moins longtemps possible. 
Alors, pour eux, pour nous, pour tous :
« On ne lâche rien, On ne lâche pas ». Pour qu’après la nuit, revienne le jour. Pour qu’après la tempête, revienne le beau temps.
 
Prenez soin de vous
 
Patrice

 

La chronique citoyenne de Patrice… #3

BON COURAGE !
 
Voilà maintenant plus d’une semaine que nous sommes confinés.Tous les jours, il faut trouver le moyen de ne pas entrer dans la routine, tous les jours, il faut faire en sorte de garder ses repères. 
 
Alors :
 
BON COURAGE à tous ceux qui, depuis le premier jour, ont fait le choix de respecter strictement le confinement, de respecter les autres, de protéger les autres ;
BON COURAGE à tous ceux qui, face à la situation, se sentent inutiles, aimeraient tellement faire plus et qui pourtant en font déjà beaucoup en restant chez eux. Grâce à eux, les attaques du virus peuvent être retardées, repoussées ;
BON COURAGE, à tous ces élèves, ces collégiens, ces lycéens qui, loin de leur salle de classe, loin de leur profs, dans des conditions souvent délicates, continuent à apprendre, à travailler, à préparer leurs examens à venir ;
BON COURAGE à tous les professeurs qui eux aussi loin de leur classe, loin de leurs élèves se démènent pour trouver des solutions afin d’essayer de maintenir nos enfants au niveau ;
BON COURAGE à tous les travailleurs qui sur leur sites ou en télé-travail continuent à soutenir l’économie de notre pays ;
BON COURAGE à tous ceux, quel que soit leur action, permettent à tous de garder le moral en cette période difficile 
BON COURAGE à tous ces commerçants, ces caissières qui dans leur magasins nous permettent de nous approvisionner, de survivre 
 
Et surtout, BON COURAGE, à tous ces médecins, toutes ces infirmières qui se battent au quotidien, qui parfois maintenant tombent au combat. Pour eux, par respect, par remerciement, nous leur devons au moins de poursuivre la lutte en respectant scrupuleusement le confinement, en appliquant leurs recommandations, les gestes barrières.
 
Bon courage à tous
 
Patrice

 

La chronique citoyenne de Patrice… #2

Nous avons de la chance !

Une pensée positive dans ce monde de brutes.

Oui, nous avons de la chance. Alors même que nous sommes confinés, notre vie sociale prend une nouvelle tournure.
Lorsque nous avons appris la nouvelle du confinement, le monde s’est écroulé. Nous étions perdus, déstabilisés.
Pourtant, nous avons de la chance. Notre réseau social n’aura jamais été aussi actif. En ces moments de confinement, j’ai le sentiment que nous retrouvons l’essence même de la vie. Jamais nous n’avons pris autant de nouvelles de nos familles, de nos amis, de nos proches.

Nous avons de la chance. Nous utilisons tous les moyens à notre disposition pour garder le contact. Nous utilisons nos téléphones fixes ou portables, Les SMS, les MMS, les mails.
Nous avons de la chance. Nous avons à notre disposition grand nombre de réseaux sociaux : Facebook, Snapchat, Whatsapp, instagram, Twitter, linkedin.

Nous avons de la chance. Avec tous ces outils, ce ne sont pas seulement des mots mais des images que nous avons et ça fait du bien à tout le monde.

Mais à côté de cette chance que nous avons, je suis sidéré de voir encore de super héros qui ne veulent pas comprendre, qui ne veulent rien comprendre.

« Nous sommes en guerre » et aujourd’hui il n’est pas question d’attendre l’armistice. Le 18 juin 1940, le général de Gaulle lançait sont appel à la résistance.
Le 16 mars 2020, à 20h00, devant 35 millions de téléspectateurs il y avait un autre appel : « RESTEZ CHEZ VOUS ».
La résistance en 2020, c’est cela : SE CONFINER, pour se débarrasser de ce virus.

Tous les jours dans les journaux, nous voyons des médecins, des infirmières témoigner. Tous, ils ont des valises et eux ce n’est pas pour partir en vacances, ce n’est pas pour se rendre dans leur résidence secondaire au bord de la mer. Les valises, ils les ont sous les yeux : le poids de la fatigue, du stress, de l’angoisse face au front.

Alors la première chose que nous pouvons faire pour leur venir en aide, c’est de respecter le confinement, les gestes barrières.

Patrice

La chronique citoyenne de Patrice

Nous sommes au 21ème siècle, nous sommes en 2020, les rues se vident, les rayons des magasins ont été dévalisés….
Il y a seulement quelques semaines, quelques jours, nous n’aurions jamais imaginé une telle situation.
 
Pourtant , « Nous sommes en guerre » (Président Emmanuel Macron, 16 mars 2020). L’ennemi n’est pas habituel, il est nul part, il est partout. C’est un virus. 
 
« Nous sommes en guerre » et aujourd’hui, les braves sont ceux qui écoutent les consignes, Les braves sont ceux qui appliquent les gestes barrières. Les braves sont ceux qui respectent le confinement. Ce n’est pas simple, ce n’est facile pour personne. C’est simplement nécessaire pour tous.
Aujourd’hui les courageux sont ceux qui font signe de leur fenêtre à leur voisin de 80 ans, ceux qui les appellent pour savoir si tout va bien, s’ils n’ont besoin de rien. Les courageux sont ceux qui devant ce rayon de pâtes prennent 1 paquet et laisse celui d’à côté parce que c’est ce qu’on a toujours fait. Le courageux, c’est celui qui modifie sont comportement pour le bien de tous.
 
« Nous sommes en guerre » et aujourd’hui les soldats, ce sont les médecins qui accueillent et qui soignent les malades, les infirmières qui les accompagnent, qui les assistent, l’ensemble des personnels de santé qui sont en première ligne. Toutes ces personnes qui se battent pour eux, pour nous, pour les autres.
Les soldats ce sont aussi toutes ces caissières dans les magasins qui nous accueillent et nous permettent de survivre en ces temps difficiles. 
 
Aujourd’hui, la vrai liberté c’est de se confiner, la vrai liberté c’est de se laver régulièrement les mains, la vrai liberté c’est de tousser dans son coude, la vrai liberté c’est de garder ses distances. 
 
Patrice